Ou en est l’interopérabilité ?

La FEIMA

Par Philippe Senechal - 23/11/2008
passer de la parole aux actes... sans le DMP !

Extrait de la charte des éditeurs (1988)

Un éditeur membre de la FEIMA s’engage à donner aux médecins les possibilités d’exporter leurs données médicales dans un format permettant l’utilisation par d’autres logiciels médicaux. . Il s’engage aussi à fournir aux médecins la possibilité d’importer des données de ce format. De cette façon, les données saisies par un médecin ne seront pas liées à un logiciel et le médecin ne perdra pas ses données en cas de défaillance de l’éditeur. pourra se défendre contre une défaillance de son éditeur par le passage vers un autre logiciel. La FEIMA s’engage par ailleurs à promouvoir la normalisation des données médicales pour faciliter les échanges entre professionnels et entre logiciels .

Plus de 20 ans que la Feima existe, et il n’est toujours pas possible à un médecin de transmettre par voie informatique un dossier médical à un collègue équipé d’un autre logiciel (voire le même logiciel)

Quand un patient change de médecin traitant , la seule solution c’est d’imprimer le dossier, le transmettre et le ressaisir manuellement !!! en 2008 !!!

Ce qu’on nous propose c’est de transmettre les infos médicales dans un DMP pour lequel nous ne savons pas si les médecins et les patients disposeront d’un contrôle ni d’un droit de propriété.

Ne brulons pas les étapes, nous, médecins traitants, souhaiterions déjà pouvoir échanger les données entre nous, avec l’accord et dans l’intérêt de nos patients, sans devoir transiter par un fichier dont l’interconnexion nationale est encore dans les cartons et dont la structure ne répond pas forcément à nos besoins en matière d’échange de dossiers.

Rappel historique (1988) LA FEIMA : Charte des Editeurs.

Objet.

Les structures de soins de médecine ambulatoire vont avoir à gérer un outil informatique, la loi leur faisant obligation d’une utilisation de cet outil dans leur rapport avec les organismes d’assurance Maladie obligatoires et les responsables de santé publique. Face à cette situation, les professionnels de l’édition logicielle souhaitent apporter aux utilisateurs de leur logiciel une réponse adaptée quant à la qualité de leur service. Regroupés au sein de la FEIMA, ils s’engagent sur les points ci dessous pour permettre une informatisation du système de santé ambulatoire dans les meilleures conditions pour tous.

Adaptation aux techniques nouvelles :

Un éditeur membre de la FEIMA s’engage à ce que son logiciel suive l’évolution des obligations professionnelles incombant aux médecins. La fédération s’engage à participer avec les instances gouvernementales, syndicales et ordinales aux groupes de travail sur l’informatique médicale. En cas de défaillance d’un éditeur sur ces évolutions, la FEIMA s’engage à donner les moyens au médecin de trouver un logiciel adapté à ses besoins, dans des conditions satisfaisantes. Un éditeur membre de la FEIMA s’engage à faire évoluer son logiciel en fonction des nouvelles technologies Tout en assurant le suivi des versions antérieures dans la mesure du possible. Cependant, il s’engage à assurer la maintenance de son logiciel, aussi, auprès de ceux qui ne veulent pas suivre les nouveautés techniques et qui souhaitent conserver leur environnement.

Indépendance :

Un éditeur membre de la FEIMA s’engage à respecter strictement l’indépendance professionnelle de ses clients dans le respect des obligations légales. En particulier, aucune fonction d’aide à la prescription ne pourra être influencée par une structure ou un organisme quelconque à l’insu des utilisateurs . Il s’engage aussi à ne pas mettre en place des outils logiciels pouvant inciter les médecins à des prescriptions autre que celles correspondant à l’êtat actuel de la science.

Secret professionnel :

Un éditeur membre de la FEIMA s’engage à respecter et faire respecter le secret professionnel autour des données qu’il aurait à manipuler. Les données médicales communiquées par les médecins qui devraient être examinés pour des motifs techniques le seront par des personnes respectant les règles habituelles du secret professionnel. examinés par des médecins ou par des ingénieurs assermentés. Un éditeur membre de la FEIMA s’engage à ne pas faire état à des tiers de la détention provisoire de ces renseignements. Il s’engage à ne pas communiquer ces fichiers ou des renseignements issus de ces fichiers, même s’ils sont anonymes, à des tiers. Cette transmission de renseignements anonymes ne pourra s’effectuer que sur la demande écrite du médecin et dans le strict respect des textes légaux en vigueur.

Transmissions :

Un éditeur membre de la FEIMA s’engage à donner aux médecins les possibilités d’exporter leurs données médicales dans un format permettant l’utilisation par d’autres logiciels médicaux. . Il s’engage aussi à fournir aux médecins la possibilité d’importer des données de ce format. De cette façon, les données saisies par un médecin ne seront pas liées à un logiciel et le médecin ne perdra pas ses données en cas de défaillance de l’éditeur. pourra se défendre contre une défaillance de son éditeur par le passage vers un autre logiciel. La FEIMA s’engage par ailleurs à promouvoir la normalisation des données médicales pour faciliter les échanges entre professionnels et entre logiciel .

Assistance technique :

Les éditeurs s’engagent à proposer un service d’assistance technique permettant à l’utilisateur de résoudre ses difficultés qui pourraient survenir dans le cadre de l’utilisation du logiciel . Ce service devra mettre tout en oeuvre, dans la limite de ce qui est raisonnablement acceptable, pour proposer des solutions aux questions techniques posées. L’assistance pourra porter sur la configuration et l’installation des logiciels, et leur adaptation à des configurations matérielles mais aussi du système et du matériel informatique utilisé. Cette assistance pourra se compléter par l’envoi de fichiers de configuration, de documents d’aide ou de logiciels autorisés.

Formation :

Les éditeurs s’engagent à proposer la formation adaptée dans l’intérêt du bon fonctionnement du système informatique médical. Les tarifs de cette formation devront être comparables aux prix habituellement pratiqués.

Fiabilité :

Les éditeurs s’engagent à écrire leurs logiciels dans le respect des standards de la profession. (médicale ou informatique ?) Ils s’engagent à fournir des logiciels testés qui assurent une fiabilité des données saisies. En cas d’anomalie constatée, ils devront à mettre tout en oeuvre, dans la limite de ce qui est raisonnablement acceptable, pour corriger les erreurs enregistrées et pour éviter qu’elles ne se reproduisent.

Sécurité d’accès :

Un éditeur membre de la FEIMA s’engage à fournir aux utilisateurs de son logiciel les moyens d’interdire à une personne non autorisée de lire les informations médicales de l’ordinateur du médecin. Cette protection sera effectuée par mot de passe, cryptage de données, etc.

Documentation :

Les éditeurs s’engagent à donner une information complète sur les potentialités de leur logiciel dans la version actuellement commercialisée. Pour les développements en cours ou futurs et les versions ultérieurs, ils s’engagent à préciser les délais dans lesquelles ces fonctionnalités seront effectivement disponibles pour l’utilisateur.

20 ans après

En avril 2008, après 20 ans d’expérience, le discours semble moins ambitieux : http://www.d-m-p.org/docs/PProjets/20080402/Poste_travail_et_reforme.pdf se résumant à un simple état des lieux ...

Conférence FEIMA, 02 avril 2008, Méditel Paris

Le poste de travail : enjeu de l’évolution de la médecine en ville.

Réforme et poste de travail

©Thierry Kauffmann, président de la FEIMA

L’objet de la conférence

• Le médecin utilise l’informatique pour exercer son métier Les réformes de la protection sociale ont besoin de son poste.

• Une exécution parfois antagoniste par des services multiples

• Toutes les réformes doivent être bien intégrées dans le poste

• La FEIMA propose une vision panoramique du poste Agenda

• Le poste de travail en première ligne

Un système d’information riche

• Gagner et garder la confiance des utilisateurs

• Intégrer efficacement la règlementation

• Le partenariat de la FEIMA

Les éditeurs de la FEIMA

• 4 éditeurs majeurs

20 ans d’expérience, dossiers, comptabilité, messagerie

• 80% des médecins équipés d’un système d’information

• avec leur propre logiciel de facturation SESAM-Vitale

• impliqués dans les expérimentations DMP

Un médecin sous pression

• Demande de soins accrue

Rôle socio-administratif amplifié

• Gestion complexifiée par le tiers payant

• Statut fiscal paralysant l’investissement professionnel

• Formation “informatique”négligée

Des données cruciales

• De toutes provenances, par tous médias

Dossiers pérennes, indéfiniment analysables et combinables

• Facturation selon toutes les règles de tous les régimes

• Paiements morcelés par le tiers payant

Méthodologie médicale croissante

• Besoin d’interopérabilité médicale des données

Une pluie de réformes

• Confidentialité du poste de travail

Signature et chiffrement des messages électroniques

• Consultation et alimentation de dossiers partagés

• Vérification des remboursements et services en ligne

• Sécurisation méthodique de la prescription

Vite !

Accéder au poste

Trouver le dossier

Se connecter

Lire

Ecouter

Noter

Mesurer

Décider

Prescrire

Correspondre

Remplir un formulaire

Facturer

Encaisser

Comptabiliser

Organiser

Numériser le courrier

En direct face au patient

L’économie du poste de travail

Prix acceptable = développement &support / marché potentiel

Le potentiel SESAM-Vitale

• Déploiement SESAM-Vitale initial gagné

Mise à jour 1.31 réussie un peu grâce à l’euro

• Mise à jour 1.40 pour qui ?

• La CCAM n’est pas obligatoire, les DRE ne circulent pas, les caisses acceptent les flux 1.20, 1.30 et 1.40

• Définition des prix divinatoire

Le prix du DMP

• Expérimentations DMP réussie pour les logiciels intégrés Dynamique enclenchée,évolutions préservées

• Un DMP national à un prix acceptable (ex.100euros)

• L’orientation régionale multiplie les“connecteurs”

• Le DMP régional à prix inabordable (ex.20x 100euros)

La FEIMA accompagne la réforme

• Si son application au marché est lisible

• Si son intégration dans le poste est cohérente

• Si le poste de travail reste simple et pas cher

http://www.d-m-p.org/docs/PProjets/20080402/Paroles_editeurs_FEIMA.pdf

Epilogue

L’une des missions décrite dans la charte : "La FEIMA s’engage par ailleurs à promouvoir la normalisation des données médicales pour faciliter les échanges entre professionnels et entre logiciels" ne semble pas avoir motivé les éditeurs qui s’y étaient engagés. Il s’agit pourtant d’une fonctionnalité capitale dans une informatisation cohérente du dossier médical.

Il semble incroyable qu’après vingt ans d’expérience, qu’après tous les travaux entrepris avec le DMP, que les éditeurs adhérents à la FEIMA n’aient pas réussi à modéliser le Plus Grand Commun Dénominateur d’un dossier médical qui puisse être exportable d’un logiciel à un autre. On peut devant ce résultat se demander la raison d’être de cette association.

Cette possibilité d’échange de données médicales sous un format informatique est indissociable de l’utilisation d’une messagerie sécurisée. Cette fonctionnalité elle aussi indispensable commence à peine à s’imposer au niveau du concept (dans les faits, le fax restant encore très largement utilisé).

Messieurs les éditeurs adhérents à la FEIMA, faites un effort pour développer cette possibilité d’échange de données entre professionnels et entre logiciels.

le DMP c’est bien joli mais c’est Big Brother à coté de ce que nous vous demandons humblement pour pouvoir améliorer la continuité des soins de nos patients.

Nous souhaitons pouvoir échanger entre nous, sans le DMP.

Amula - Association des médecins utilisateurs des logiciels Axilog